Le projet Gare-Parc

Depuis 2016 et l’arrivée de Bretagne à Grande Vitesse, le rapprochement de Paris à Quimper modifie profondément les déplacements des habitants de l’agglomération et plus largement du Pays de Cornouaille.

L’augmentation prévisible du nombre de voyageurs a engagé Quimper Bretagne Occidentale, l’Etat, la Région, le Département, la SNCF et la Ville de Quimper dans un partenariat afin de réaménager le pôle d’échanges multimodal de la gare de Quimper (PEM).

Plusieurs années d’études et de procédures réglementaires ont été nécessaires pour définir un projet qui réponde aux enjeux de demain en matière d’accueil des passagers, d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, d’intermodalité des déplacements et de requalification urbaine du quartier de la Gare. Après une première action de renouvellement de réseaux au carrefour de la rue Brossolette et de l’avenue de la Libération, de déconstruction de l’ancienne halle Sernam et de mise en service d’un parking provisoire avenue de La Libération, la phase de réalisation du projet de PEM démarre.

Elle sera menée en deux temps. Des travaux de réseaux débuteront en cette fin d’année 2020 et s’achèveront en décembre 2021. Le réaménagement des espaces publics sera réalisé dans la continuité des travaux précédents jusqu'à la fin 2024.

C’est mi-novembre prochain que débuteront, pour une durée de cinq mois, les premiers travaux sur les réseaux humides (assainissement et eau potable) en partie Est de l’avenue de la Libération, entre le rond-point Brossolette et le rond-point de l’Eau Blanche.

Ville de Quimper

Les enjeux du projet

Le PEM répond à quatre enjeux

Le pôle d’échanges multimodal ou PEM est un lieu d’articulation et d’interconnexion entre différents modes de déplacement : la marche, les deux roues, les transports en commun, les trains, les taxis et les voitures individuelles. Le PEM permet aux utilisateurs de pouvoir choisir leur mode de déplacement en favorisant l’intermodalité. Le projet doit répondre à quatre enjeux :

  1. Enjeu capacitaire : adapter la gare à une augmentation de la fréquentation

    La mise en oeuvre de la Ligne à Grande Vitesse, l’amélioration du réseau ferré jusqu’à Quimper et le renfort de l’offre TER entraînent une forte augmentation du nombre de voyageurs pour les transports ferroviaires (1,35 à 1,6 million à l’horizon 2025 contre 920 000 en 2016 pour le réseau ferré), ainsi que pour les transports en commun (1,15 million de voyageurs en 2025 contre 914 000 en 2014 pour la gare routière). Afin de répondre à ces évolutions et accueillir dans les meilleures conditions cet afflux nouveau, le PEM se doit d’être réaménagé.

  2. Enjeu intermodal : favoriser le développement des transports collectifs et faciliter les échanges intermodaux

    Le réaménagement du PEM s’inscrit dans une démarche durable et un juste équilibre entre les déplacements en transports collectifs, les modes actifs (piétons/cyclistes) et les véhicules. Pour favoriser cette évolution, les échanges intermodaux seront facilités grâce à une organisation optimisée et un regroupement de l’ensemble des modes de déplacement.

  3. Enjeu d’accessibilité : améliorer l’accessibilité à tous aux différents modes de transports

    Le projet PEM va permettre une meilleure accessibilité pour tous, et notamment les personnes à mobilité réduite. Les quais ferroviaires actuels ne sont actuellement pas accessibles à tous. Ils seront réaménagés et desservis par des ascenseurs depuis une nouvelle passerelle piétonne. Le bâtiment voyageur, la gare routière, le parvis et les quais de bus seront réaménagés afin de garantir une accessibilité facilitée et confortable.
    L’enjeu pour l’ensemble du PEM est de favoriser un accès rapide et simple à la gare par différents modes de transports.

  4. Enjeu urbain : contribuer au projet global d’aménagement et de développement de l'attractivité du quartier gare

    Au-delà de ses fonctions de déplacement, le réaménagement du PEM est un formidable levier de requalification urbaine et paysagère des espaces publics. Le projet permettra à moyen terme de positionner le quartier de la gare comme une zone majeure de l’organisation urbaine de l’agglomération quimpéroise, une porte d’entrée de la ville et vers les territoires desservis. Il offrira une nouvelle dynamique à ce quartier.

Une démarche et un financement partenariaux

Pour anticiper et accompagner ces évolutions, l'Europe, l’Etat, la Région Bretagne, le Conseil Départemental du Finistère, Quimper Bretagne Occidentale, SNCF Gares & Connexions et SNCF Réseau se sont engagés dans une démarche partenariale en vue de réaménager le Pôle d’échanges multimodal de Quimper (PEM), qui s'est concrétisée en février 2019 par la signature d'un Contrat de Pôle.


Le coût prévisionnel de l’opération s’élève à environ 37 millions d’euros HT en 2020 et se décompose comme suit :

Les financeurs du projet  %  € 
 Europe - FEDER   8   3 000 000
 Etat   10   3 738 807
 Région - CPER   9.5   3 136 437
 Région – Politique Territoriale   12.5   4 600 000
 Département  9.5   3 500 000
 Quimper Bretagne Occidentale   48.5   18 196 834
 SNCF Gare & Connexions   1.5  580 000
 Total   100   36 752 078
 Qui fait quoi ? 

Voir l'image en grand © Baptiste Alchourroun

Présentation du projet Gare-Parc

Kemper, lieu de confluence

Quimper s’est construite par la convergence de trois tissus : le paysage de l’Odet, le paysage des bocages et la ville historique. L’aménagement du Pôle d’échanges multimodal est directement lié à la confluence de ces univers lisibles, depuis le parvis, dès la sortie de la gare et depuis l’entrée de la ville par l’avenue de la Libération.

La gare actuelle est un point de convergence des mobilités. Elle mêle voyageurs, passants, cyclistes, taxis, automobilistes et usagers des lignes de bus, dans un espace où les marquages au sol et le bitume dominent. Cette domination fonctionnelle l’emporte sur la logique de confort et d’attractivité du lieu. Le futur Pôle d’échanges multimodal changera ce modèle pour concilier déplacements et bien-être.

Organisation spatiale du projet

Le projet s’articule autour d’un large parvis dédié aux fonctions multimodales, qui oriente les usagers. Le parvis est pensé comme un véritable espace public entouré de deux jardins.
A l’Ouest, la maison des mobilités, longée par une grande promenade piétons et vélos et qui mène au parking de courte durée et au jardin sec.
A l’Est se trouve la gare routière, prolongée par le parking de longue durée. Ces deux ouvrages sont bordés par un long mail planté, ainsi que d’un jardin humide.

Le projet sera ponctué par deux passerelles : la première sera construite sur les voies ferrées et a pour vocation principale de franchir les voies ferrées et de desservir les quais de la gare de
manière accessible ; et la seconde qui franchira l’Odet sera une liaison douce piétonne et vélos, dont l’objectif est de relier les quartiers situés au Nord de la voie ferrée et le centre-ville.

Voir l'image en grand

 Chiffres clés

  • 47% des espaces seront dédiés aux modes doux (contre 24% actuellement)
  • 1 maison des mobilités actives de 300 m²
  • De 60 à 120 stationnements vélos sécurisés et 89 stationnements en arceaux vélos
  • 1km de voies cyclables créé
  • 1 aire de jeux en plein centre-ville
  • 260 arbres plantés

Gare-Parc, une vision forte au service de la ville et de la Cornouaille

Pour accompagner Quimper Bretagne Occidentale et ses partenaires dans la mise en place du projet, une équipe de maîtrise d’oeuvre rassemblée autour du mandataire Agence Ter, grand prix de l’urbanisme 2018, propose une vision forte pour faire du secteur Gare un quartier vivant et animé de la ville de Quimper, une porte d’entrée du beau pays de Cornouaille.

 

Un parvis végétal au coeur de la ville

Le nouveau parvis de la gare est la pièce centrale du projet « Gare-Parc ». Il sera végétalisé et permettra d’accueillir de nouveaux usages, ainsi que des événements et des commerces éphémères. La dimension promenade du projet facilitera les connexions avec les quais de l’Odet.

L’alternance de quais et du système de bocage va permettre un travail de mise à distance des divers moyens de transports. Le végétal agira comme un filtre laissant passer le regard ou l’éloignant.

  • Depuis le train, il sera possible de parcourir d’un regard toute la densité végétale,
  • Les piétons et les cycles se déplaceront le long des quais et bénéficieront de vues sur les jardins sans que les voitures ne viennent interrompre leur champ de vision,
  • L’avenue sera bordée d’arbres ce qui lui confèrera un caractère de boulevard aux antipodes de l’artère passante d’aujourd’hui.

Voir l'image en grand Gare-Parc, Le parvis végétal © Agence TER

La gare routière et le bâtiment voyageurs, de nouveaux abris confortables

La nouvelle gare routière sera située sur l’ancien emplacement de la halle Sernam, détruite au printemps 2020. Elle sera accessible pour les cars régionaux et accueillera les taxis depuis un accès unique sur l’avenue de la Libération.

La gare routière s’articulera autour d’un quai central, équipé de bancs, à l’abri d'un vaste auvent. Il permet de relier le parvis de la gare au parking longue durée à l’Est. Le flux des cars s’effectuera à l’anglaise en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre afin de permettre l’ouverture des portes côté quais, et ce, sans manoeuvre de marche arrière afin d’assurer la sécurité des voyageurs.

Une promenade plantée le long de la gare routière au bord de l’avenue de la Libération permettra de réaliser une liaison vers le parvis pour les piétons et les vélos.

Quant au bâtiment voyageurs de la gare ferroviaire, il sera réaménagé de façon à augmenter et optimiser sa capacité d’accueil, à offrir de nouveaux services, à améliorer l’accessibilité et le confort des voyageurs et garantir une intermodalité efficace. Les loueurs de voiture y trouveront une nouvelle place.

Pour cela, le volume du hall sera entièrement remanié avec une zone d’attente modernisée et des espaces commerciaux et de vente réorganisés.

  Gare-Parc, La gare routière© Agence TER

La passerelle, belvédère sur Quimper

La démolition de l’aile du bâtiment voyageurs va ouvrir l’espace devant la gare vers l’Est pour étendre le parvis qui conduira vers la nouvelle passerelle piétonne. Cette nouvelle structure urbaine et ferroviaire constituera un véritable belvédère sur la ville.

Cette passerelle fera le lien entre le parking de la salle Michel Gloaguen, les quais ferroviaires et l’avenue de la Libération.

Pour les Quimpérois, cette passerelle est la nouvelle liaison Nord-Sud offrant l’efficacité, le confort et la rapidité pour traverser les voies ferrées. Pour le voyageur en transit, c’est une liaison rapide, efficace et agréable. Pour tous c’est un nouveau point de vue en hauteur pour découvrir la skyline de la ville comme la cathédrale Saint-Corentin.

L'ouvrage assurera l'accessibilité des quais ferroviaires aux personnes à mobilités réduite. A cet effet, la nouvelle passerelle sera dotée de quatre ascenseurs de grandes capacités. Des travaux de mise en accessibilité des quais seront également réalisés.

Voir l'image en grand Gare-parc. La grande passerelle, vue depuis les quais Est© Ney & Partners

La Maison des Mobilités

Côté centre-ville, la Maison des Mobilités permettra le développement des modes de déplacement doux en facilitant l’accès aux vélos et autres moyens de mobilité non motorisés.
Le bâtiment accueillera dans un premier temps 60 places de stationnements vélos sécurisées, ainsi qu’un espace dédié aux autres modes de déplacements doux. Dans un second temps, ce local évolutif permettra de doubler la capacité de stationnements vélos, par l'ajout d'un deuxième niveau de racks à vélo. Par ailleurs, 89 places extérieures sur arceaux seront implantées sur le périmètre du projet.

Le bâtiment accueillera également un local de service pour les chauffeurs de taxi, un espace de réparation de cycle, ainsi qu’un point d’information touristique.

Voir l'image en grand Gare-Parc - La maison des mobilités© Agence TER

La passerelle sur l’Odet, sobre et fonctionnelle

La passerelle piétonne construite sur l’Odet complètera le lien entre la gare, le centre-ville et le quartier Nord. Elle bordera le pont SNCF et la rue Jacques Cartier et permettra aux piétons, vélos et autres modes de déplacements de franchir l’Odet et d'assurer la liaison avec la rue de l'Hippodrome et la rue de Brest.

Dernière mise à jour le 21/10/2020