Femmes du 9e art : Du 14 décembre 2022 au 1er avril 2023

Accueil Toutes les actualités Culture, sports, loisirs

Femmes du 9e art : Du 14 décembre 2022 au 1er avril 2023

Femmes du 9e art : Du 14 décembre 2022 au 1er avril 2023 Femmes du 9e art : Du 14 décembre 2022 au 1er avril 2023
Le 14/12/2022 • Mis à jour le 14/12/2022 | 16h16

Au travers du projet « Femmes du 9e art », les médiathèques ont décidé de mettre à l’honneur la bande dessinée, sous l’angle de la création contemporaine des femmes autrices - dessinatrices.

L’objectif est de rendre toujours plus visibles les femmes, dans un but d’égalité et de représentativité. A l’instar du Prix Artémisia qui récompense chaque année un livre de bande dessinée réalisé par une ou plusieurs femmes, l’idée est bien de mettre en avant la production des femmes autrices de bande dessinée.

Il est à noter aujourd’hui que, sur 1 500 auteurs qui déclarent faire de la bande dessinée, 27% sont des femmes (chiffres 2020 les États Généraux de la BD). Le « Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme », créé en 2015, compte aujourd’hui plus de 250 signataires.

« Femmes du 9e art » dans les médiathèques c’est :

  • Une exposition inédite mettant en avant cinq femmes créatrices : Catel, Camille Jourdy, Nadja, Nadia Nakhlé, Véronique Deiss, la diversité de leur création et des thèmes abordés.
    Ce sont avec ainsi 170 originaux issus de différents de leurs albums (Kiki, Le chat assassin, les oiseaux ne se retournent pas, Les filles de Montparnasse, Les Vermeilles, …) : dessins, aquarelles, encre de chine, peinture …qui sont présentés.
  • Deux expositions d’originaux de deux de ces créatrices, Catel & Véronique Deiss créées spécialement pour une tournée sur les médiathèques du territoire (médiathèques d’Ergué-Armel à Quimper, de Pluguffan, de Plogonnec et de Briec).
  • Un coup de projecteur sur le manga au féminin au travers un focus sur trois créatrices et la mise en avant de ces collections mangas via des salons de lecture (médiathèques Alain-Gérard et de Penhars à Quimper et d’Ergué-Gabéric).
  • Des rencontres avec des autrices et des animations en écho au thème.
  • Une mise en valeur des collections BD.

EXPOSITIONS

Exposition « Cinq femmes du 9e art : Catel, Véronique Deiss, Camille Jourdy,
Nadja et Nadia Nakhlé »
Du 14 décembre 2022 au 1er avril 2023 – Médiathèque Alain-Gérard

Voir l'image en grand

Une exposition de bande dessinée consacrée à cinq femmes de talent, qui ont choisi le dessin et la narration séquentielle pour s’exprimer, et cela dans des registres différents.
On y retrouvera des portraits saisissants de grandes personnalités féminines Kiki de Montparnasse, Joséphine Baker, Olympe de Gouges … réalisés à la plume et au lavis par Catel.0
Les aquarelles de Véronique Deiss qui ont donné vie à Tuffy, Le Chat Assassin. Les aquarelles subtiles et détaillées de Camille Jourdy pour évoquer la sensibilité du quotidien Rosalie Blum, Juliette…Les peintures de Nadja pour Les filles de Montparnasse ou Le fil d’Ariane. Le roman graphique de Nadia Nakhlé qui nous parle de l’exil à hauteur d’enfant Les oiseaux ne se retournent pas…
Histoire, humour, enfance, comédie humaine, immigration, l’éventail des regards est ouvert. L’exposition riche d’une centaine d’originaux est certes sous le prisme de la féminité, mais avant tout l’exemple d’une richesse créative contemporaine.


Exposition BD de Catel
« Olympe de Gouges et Benoîte Groult »
Du 14 décembre 2022 au 26 février 2023 – Médiathèque d’Ergué-Armel
Du 1er mars au 1er avril 2023 – Médiathèque de Briec


Exposition BD de Véronique Deiss « Le chat assassin »
Du 14 décembre 2022 au 18 février 2023 – Médiathèque de Pluguffan
Du 28 février au 1er avril 2023 – Médiathèque de Plogonnec


RENCONTRES

Véronique Deiss
Vendredi 20 janvier à 19h - Médiathèque d’Ergué-Gabéric
BD live « Le chat assassin » une lecture dessinée en introduction de la « Nuit de la lecture »

Nadia Nakhlé
Samedi 25 mars à 10h30 - Médiathèque Alain-Gérard
Atelier en compagnie de l’artiste autrice, pour créer son personnage en BD
Sur inscription 02 98 98 86 60

Samedi 25 mars à 15h30 - Médiathèque Alain-Gérard
Interview échanges et présentation de la palette créative : spectacle, film d’animation / Vente et dédicaces avec l’association Penn ar Bd

Catel et Bocquet
Vendredi 31 mars à 18h30 - Médiathèque Alain-Gérard
En écho au Festival Penn ar BD 1er et 2 avril

A noter : des visites et accueils de classes et groupes sont organisées toute la durée de l’exposition et pour rencontrer les artistes.

MANGA

Salon de lecture « Le manga au féminin »
Du 14 décembre 2022 au 1er avril 2023 - Médiathèque Alain-Gérard
Du 31 janvier au 25 février 2023 - Médiathèque d’Ergué-Gabéric
Du 7 mars au 1er avril 2023 - Médiathèque de Penhars

Voir l'image en grand Voir l'image en grand

Rencontre avec Miyako Slocombe, traductrice de manga
Miyako Slocombe est traductrice et interprète. De père français et de mère japonaise, elle a fait de la langue de cette dernière, sa spécialité. Lauréate du 4ème Grand prix Konishi pour sa traduction du manga Tokyo Tarareba girls de la mangaka Akiko Higashimura,
Elle viendra nous faire découvrir son métier, autour d’un atelier de traduction et d’une conférence. Venez découvrir toutes les subtilités de la transcription de la culture nippone, par une traductrice passionnée

  • Atelier de traduction de mangas
    Vendredi 3 mars à 17h - Médiathèque Alain-Gérard
    Pour les non-japonophones - Tout public à partir de 15 ans
    Sur inscription au 02 98 98 86 60

  • Conférence de Miyako Slocombe
    Samedi 4 mars à 15h - Médiathèque Alain-Gérard

ANIMATIONS

Des animations proposées par les bibliothécaires autour de la BD, pour mettre en valeur livres, musique et toutes les ressources disponibles dans les médiathèques.

Cré’actifs !
Mercredi 18 janvier à 15h30 - Médiathèque d’Ergué-Armel
Dessine à la manière de Catel, petit atelier créatif pour le simple plaisir de créer.
À partir de 6 ans
Sur inscription au 02 98 98 40 81

Une heure en matrimoine : De l’héroïne de BD à l’intrépide quimpéroise…
Samedi 4 février à 11h - Médiathèque Alain Gérard
Les femmes de caractère s’invitent dans les collections anciennes, rares ou précieuses. Saurez-vous les reconnaitre ?

Atelier patrimoine en famille : « Les petits bdistes »
Mardi 14 février à 16h - Médiathèque Nathalie-Le-Mel – Pluguffan
Samedi 18 mars à 14h30 – Médiathèque de Plogonnec
A l’occasion de l’expo « le chat assassin », laisse-toi surprendre par de curieuses bandes dessinées et repars avec ta propre création !
Pour les 6-10 ans – Sur inscription

Atelier manga
Mercredi 22 février à 14h - Médiathèque d’Ergué-Gabéric
Viens dessiner tes personnages de Mangas et apprendre la technique pour réussir le portrait de tes héros préférés.
A partir de 8 ans – sur inscription au 02 98 59 66 83

Projection du concert dessiné « Le petit oiseau de feu »
de Igor Stravinsky, avec les musiciens de l’Orchestre de Paris et Camille Jourdy
Mercredi 1er ou 8 mars à 16h - Médiathèque Alain Gérard
Issu des Ressources Numériques « Philharmonie à la Demande » disponible sur le site internet du réseau des médiathèques.
Tout public

Atelier de calligraphie : Découvrez l’écriture japonaise, hiragana et katakana
Mercredi 1er mars et 29 mars de 14h à 16h - Médiathèque de Penhars
Aimez-vous la langue japonaise ? Venez à notre atelier de calligraphie. Pinceau à la main, vous apprendrez à écrire pas à pas Hiragana et katakana
Tout public à partir de 8 ans – Sur inscription au 02 98 98 40 80

Atelier dessin numérique spécial manga
Mercredi 8 mars de 14h à 16h - Médiathèque de Penhars
Apprenez à dessiner vos personnages préférés d’anime et de manga (Naruto, One Piece, Mario, Sonic…) avec une application numérique.
Tout public à partir de 10 ans – Sur inscription au 02 98 98 40 80

Club de lecture spécial manga
Mercredi 15 mars de 14h à 16h - Médiathèque de Penhars
Focus sur les mangas et leurs autrices présentés lors de l’exposition Bd et Femmes du 9ème Art
Tout public à partir de 15 ans

Café BD
Samedi 18 mars de 10h30 - Médiathèque Simone-Veil - Briec
Pour les bédévores et autres curieux, venez échanger, présenter, écouter et découvrir des autrices de BD, autour d’une pause gourmande et profitez d’une visite guidée de l’exposition de Catel à la médiathèque de Briec.
Ado-Adultes

A NOTER :
Lors du festival Penn ar BD : retrouvez d'autres autrices dessinatrices et une pléiade d'invités ... Le festival Penn Ar BD de Quimper se déroulera les samedi 1er et dimanche 2 avril 2023 au Parc des expositions. Les expositions se prolongent jusqu’à ce temps fort organisé par l’association Penn ar BD.

Plus d’informations

Exposition - Cinq femmes du 9e art / Catel, Véronique Deiss, Camille Jourdy, Nadja et Nadia Nakhlé

Voir l'image en grand

Par Lénaïck Durel
Conceptrice et scénographe de l’exposition

« Une exposition de bande dessinée consacrée à cinq femmes de talent, qui ont choisi le dessin et la narration séquentielle pour s’exprimer, et cela dans des registres différents.

La biographie occupe une place importante dans la carrière de Catel qui se penche avec acuité sur le destin de grandes personnalités féminines : de la muse de la scène artistique parisienne Kiki de Montparnasse à la danseuse et résistante au grand coeur Joséphine Baker, de la révolutionnaire et émancipée Olympes de Gouges à la pionnière oubliée du cinéma Alice Guy, Catel en dresse à l’encre de Chine, plume et lavis, des portraits saisissants.

Depuis plus de 20 ans, Anne Fine amuse des millions de lecteurs avec son héros matois Le Chat Assassin, mais c’est le trait enlevé et les aquarelles de Véronique Deiss qui ont donné vie à Tuffy, héros hilarant qui nous conte son quotidien palpitant dans quatre albums réjouissants (Rue de Sèvres).

Camille Jourdy observe avec grande finesse les êtres humains dont elle évoque avec sensibilité le quotidien, Rosalie Blum, Juliette (Actes Sud BD) et lorsqu’elle se penche sur l’enfance ses aquarelles subtiles et détaillées nous plongent avec bonheur dans l’imaginaire enfantin : Les Vermeilles (Actes Sud BD 2019).

Nadja est peintre et maîtrise avec originalité ce medium, campant avec force des femmes qui s’interrogent. Les filles de Montparnasse (Olivius), quatre portraits de femmes au début du XXe à la conquête de leur indépendance ou Le fil d’Ariane (Actes Sud BD 2021) relecture d’un mythe.

Nadia Nakhlé nous parle de l’exil, du parcours effrayant des migrants en fuite, mais à hauteur d’enfant. Conte universel, Les oiseaux ne se retournent pas (Delcourt 2021) est un roman graphique très fort qui chante l’espoir.

Histoire, humour, enfance, comédie humaine, immigration, l’éventail des regards est grand ouvert. L’exposition, riche de près de 170 originaux, est certes sous le prisme de la féminité, mais avant tout l’exemple d’une richesse créative contemporaine. »

Biographies des cinq autrices

Camille Jourdy a grandi dans le Jura, à Dole. Alors qu’elle est encore étudiante à l’École des Beaux-Arts d’Épinal, elle écrit et illustre son premier livre, Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d’une vie ! (Drozophile/Quiquandquoi, 2004).
Camille Jourdy rejoint ensuite l’École des arts décoratifs de Strasbourg où elle obtient son diplôme avec, comme projet de fin d'étude, le début de Rosalie Blum.

En 2005, elle s’installe à Lyon, où elle vit aujourd’hui. Après quatre ans de travail, entrecoupés de divers travaux d'illustrations, la bande dessinée en trois tomes Rosalie Blum (Actes Sud BD 2007 à 2009) voit le jour. Ce roman graphique très remarqué dans le cercle du neuvième art, reçoit en 2009 le prix RTL ainsi qu’en 2010, le Prix Révélation Angoulême. En 2015, la trilogie est adaptée au cinéma par Julien Rappeneau, avec Noémie Lvovsky dans le rôle de Rosalie Blum.

Camille Jourdy publie en 2016, Juliette, les fantômes reviennent au printemps (Actes Sud BD) qui confirme son talent et rencontre un grand succès.
Puis vient le fabuleux récit, tendre et poétique, Les Vermeilles (Actes Sud BD 2019). Quand une petite fille quitte le pique-nique familial pour s’aventurer seule en forêt, l’inattendu et le merveilleux sont au rendez-vous. Camille Jourdy reçoit pour ce livre la Pépite Bande Dessinée du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil en 2019, le Fauve Jeunesse au festival d’Angoulême en 2020, ainsi qu’une Mention Spéciale à la Foire du livre de Bologne la même année. Elle publie ensuite avec Lolita Séchan le petit album jeunesse Cachée ou pas, j’arrive ! (Actes Sud BD, 2020), lui aussi récompensé à Bologne par la Mention Spéciale – Jeunes Lecteurs en 2021.

Voir l'image en grand


Catel Muller, dite Catel est diplômée des Arts décoratifs de Strasbourg. Depuis 1990, elle oeuvre dans l’illustration, la presse et la littérature jeunesse. Dès 2000, elle ouvre la voie à une certaine bande dessinée féminine aux préoccupations contemporaines avec le personnage de Lucie, bande dessinée en plusieurs tomes chez Les Humanoïdes Associés, puis chez Casterman. Une centaine d’ouvrages illustrés jalonnent cette partie de sa carrière.

En 2005, Catel obtient le prix du public au festival d’Angoulême pour l’album Le Sang des Valentines (Casterman) illustré et écrit en collaboration avec Christian de Metter.
Depuis 2007, avec José-Louis Bocquet au scénario, elle rend hommage aux clandestines de l’histoire dans des romans graphiques très documentés, dits « biographiques ».
Kiki de Montparnasse (Casterman), met en scène ce célèbre modèle, immortalisé par Man Ray et de nombreux peintres, d’une folle liberté. L’ouvrage reçoit en 2007 le prix RTL, puis en 2008 le prix du Public Essentiel à Angoulême. Consacré à l’auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Olympe de Gouges (Casterman 2012), obtient entre autres le prix de « l’Héroïne de Madame Figaro ».

En 2013, cette fois seule au scénario et au dessin, Catel réalise un portrait réjouissant de Benoîte Groult, grande figure du féminisme. Ainsi soit Benoîte Groult (Grasset) fruit de cinq années de rencontres, d’entretiens, de croquis sur le vif, est récompensé du prix Artémisia de la bande dessinée féminine en 2014.

Retour dans le Paris des années folles avec Joséphine Baker (Casterman 2016) qui dresse le portrait d’une femme aux multiples facettes : noire américaine qui conquiert le monde, combat le racisme, sans oublier la résistante et la femme généreuse, mère adoptive de 12 enfants, aujourd’hui au Panthéon.
Alice Guy, ouvrage paru chez Casterman en 2021, retrace la vie de la première réalisatrice de l’histoire du cinéma, injustement oubliée.
Catel travaille actuellement, toujours avec José-Louis Bocquet, sur un projet dédié à Anita Conti, pionnière de l’écologie.

https://www.catel-m.com

Voir l'image en grand


Française, d’origine libanaise, Nadia Nakhlé se forme à l’École Georges Méliès et aux Gobelins, école de l’image à Paris.

Auteure, réalisatrice et dessinatrice, Nadia Nakhlé écrit, dessine et met en scène des projets poétiques et engagés, associant différents langages artistiques - écriture - arts visuels - musique.

Sa première bande dessinée, Les Oiseaux ne se retournent pas (Delcourt, 2020), accompagnée d’un spectacle du même titre qu’elle a écrit et mis en scène, a reçu de nombreux prix. Avec force sensibilité et maîtrise, Nadia Nakhlé s’empare du thème de l’exil et nous conte la fuite solitaire et hasardeuse d’une jeune fille de douze ans portée par une volonté de fer et la rencontre vitale de la musique. Au son de l’oud se mêlent les vers de nombreux poètes, source d’espoir qui porte l’héroïne et transcende son destin. À la manière d’un conte arabe, ce roman graphique impressionnant est d’une portée universelle.
Actuellement, Nadia Nakhlé travaille sur l’adaptation de ce récit en long métrage d’animation.

https://www.nadianakhle.com

Voir l'image en grand


Nadja est née en 1955 à Alexandrie en Égypte, d'une mère russe, peintre, et d'un père médecin d'origine libanaise.
Son enfance au Liban et en région parisienne n'a rien d'ordinaire : pas d'école mais des cours par correspondance jusqu'à l'âge de treize ans, et surtout des histoires racontées et dessinées par sa mère Olga Lecaye.

En 1989, avec Chien bleu (École des Loisirs), un album aux gouaches fauves, Nadja obtient le prix Totem du Salon du livre de jeunesse de Montreuil. C'est l'entrée de la peinture dans l’édition jeunesse. Bien d'autres albums suivront, empreints d'un style expressionniste qui s'exprime avec force dans des peintures en pleine page.
Poursuivant la complicité créatrice initiée dans l'enfance avec les siens, elle aime faire des livres avec son fils Raphaël Fejtö, sa mère Olga Lecaye et son frère Grégoire Solotareff. Avec ce dernier, elle a réalisé des parodies de contes célèbres. C'est une autre facette de son talent qui apparaît alors, pleine d'humour et d'irrévérence.

Conjointement à l’illustration, Nadja est l’auteur de nombreux romans graphiques, Le menteur (Denoël Graphics 2004), L'homme de mes rêves (Cornelius 2010), Le coeur sanglant de la réalité (L’Apocalypse 2012), Les filles de Montparnasse (Olivius 2012-2014), Ô Cruelle (Actes Sud 2015). Avec acuité et humour, elle observe les travers des relations humaines, l’amitié, l’hypocrisie, la féminité, explore les relations amoureuses et s’interroge sur la création artistique et sur la place de la femme au sein de celle-ci. Puisant dans sa propre expérience, elle dresse de saisissants portraits d’homme et de femmes, emportés par la fougue de son pinceau.

Le fil d’Ariane, récit d’une trahison (Actes Sud BD 2022) poursuit la même ambition : Ariane, l’héroïne écrivain, revisite le mythe antique et mêle sa voix à celle de l’héroïne antique.
Enfin loin de la tragédie, son dernier album Aphrodite (Dupuis 2022) est une relecture hilarante de la mythologie grecque où les immortels de l’Olympe vivent des tracas bien ordinaires.

Nadja vit à Paris, où elle partage son temps entre peinture et illustration, mais affectionne en particulier la Bretagne, dont on retrouve les paysages dans certaines de ses bandes-dessinées.


Véronique Deiss est née en 1965 à Strasbourg et y vit encore. Depuis sa sortie des Arts décoratifs, elle fait de l’humour sa marque de fabrique et dessine pour la presse et l’édition jeunesse dans de nombreux pays, France, Allemagne, Italie, Suisse, Espagne, États-Unis, Corée du Sud…
En 1995, elle a reçu le prix "Non-fiction pour les enfants" de la foire de Bologne.
En 2000, elle obtient Le grand prix de l’humour tendre au Salon international du dessin de presse et d'humour de Saint-Just-le-Martel.

1997 voit le début de sa collaboration avec Anne Fine dont elle illustre le roman jeunesse Journal d’un chat assassin (École des Loisirs), bientôt suivi de nombreux autres titres contant les aventures quotidiennes de Tuffy, le félin à l’humour ravageur. En décalage subtil avec le texte, son interprétation graphique crée l'hilarité pour notre plus grand plaisir.

Depuis 2014, Véronique Deiss adapte, chez Rue de Sèvres, ces récits en bande dessinée. Quatre tomes sont à ce jour parus : Le journal du chat assassin (2014), Le retour du chat assassin (2015), La vengeance du chat assassin (2017), L’anniversaire du chat assassin (2019).
Une intégrale, publiée en 2020, réunit ces quatre albums.

Voir l'image en grand

Voir l'image en grand

Mangaka au féminin

Saviez-vous que la France est la deuxième plus grande consommatrice de mangas au monde, juste après le Japon ? Cela fait quelques décennies maintenant que le manga s’est frayé un chemin dans les étagères des librairies et des bibliothèques françaises.

Le manga, tout comme la bande dessinée, n’est pas qu’une histoire d’hommes. Longtemps reléguées dans l’imaginaire collectif au shojo, terme désignant littéralement des mangas pour « petites filles », les mangakas femmes ont su s’imposer très tôt dans tous les genres du manga, du shonen au seinen en passant par le josei, le yaoi ou le yuri.

Dès les années 70, des mangakas comme Yumiko Igarashi et Riyoko Ikeda connaissent un succès populaire fort, au Japon comme en Europe, avec leur série Candy Candy et La rose de Versailles, toutes deux adaptées en animé sous les titres de Candy et Lady Oscar.

Dans les années 80, apparait le genre du josei, destiné à un public de femmes adultes. Akiko Higashimura, l’une des trois mangakas que nous proposons de vous faire découvrir dans cette petite exposition, est l’une des figures emblématiques du genre.
Les josei se permettent souvent d’aborder des thèmes plus forts que le shojo, plus sociaux, moins centrés sur de possibles histoires d’amour, comme Silent Voice qui parle de harcèlement scolaire ou Le Pavillon des hommes qui imagine un renversement des rôles de genre dans l’ère Edo. Les histoires d’amour des josei sont plus matures et mettent en scène des personnages plus âgés, en général déjà actifs dans la société.

Si de nombreuses mangakas connues publient dans des genres ciblant un public presque exclusivement féminin, elles ne sont pourtant pas absentes des shonen ou des seinen, plus traditionnellement masculins, comme Dragon Ball ou One Piece.
Avec Dans un recoin de ce monde, Fumiyo Kono aborde la très difficile histoire de l’attaque d’Hiroshima. Quant à Tsubasa Yamaguchi, elle explore, avec Blue Period, le monde de l’art dans toute sa dimension technique mais aussi émotionnelle. Ajoutez à ça, Fullmetal Alchemist, Ranma ½ ou Pandora Hearts, et vous aurez une bonne idée de la diversité des mangas dessinés et/ou scénarisés par des femmes.

Dragon Ball, Saint Seiya, My Hero Acadamia, One Piece et Naruto n’ont sans doute plus de secret pour vous et les noms de Miyazaki, Tezuka, Tanighushi et Toriyama ne vous sont pas inconnus.

Mais tout comme la bande-dessinée européenne, le manga connait son lot de mangakas femmes célèbres. Dans le cadre de l’exposition « Femmes du 9ème art », gros plan sur trois d’entre-elles.

Akiko Higashimura (15 octobre 1975) est une magaka touche-à-tout. Lauréate de plusieurs prix, japonais comme internationaux, elle fait vivre sous sa plume des récits aussi divers que passionnés : manga historique avec Le Tigre des neiges, autobiographique avec Trait pour trait ou encore centré sur la société japonaise et tokyoïte avec Princess Jellyfish ou Tokyo Tarareba Girls.


Yana Toboso (24 janvier 1984) est la créatrice de la série Black Butler, série à succès qui a connu plusieurs adaptations en animés.
Black Butler raconte l’histoire de Sebastian Michaelis, un diable de majordome, obligé de servir le jeune Ciel Phantomhive afin de lui apporter la vengeance que l’adolescent convoite.
Le manga a reçu le prix du meilleur shonen aux Japan Expo Awards de 2010.

Voir l'image en grand


Kaoru Mori (18 septembre 1978), est une mangaka spécialiste des mangas historiques. Elle se fait connaître avec Emma en 2001 série qui raconte l’histoire d’une jeune et belle domestique dans l’Angleterre victorienne. Depuis 2008, elle est la créatrice de la série Bride Stories dont l’intrigue autour de familles d’Asie centrale connait un franc succès grâce à la finesse du dessin et au luxe de détails.

Voir l'image en grand

Informations pratiques

  • Du 14/12/2022 au 02/04/2023