Armand du Chatellier : Pionnier de la presse

Accueil Toutes les actualités Culture, sports, loisirs

Armand du Chatellier : Pionnier de la presse

Armand du Chatellier : Pionnier de la presse Mag+ n°95 Armand Du Chatellier, Pionnier de la presse
Le 30/12/2021 • Mis à jour le 30/12/2021 | 17h05

Voir l'image en grand

L’histoire de la presse à Quimper débute au milieu du XIXe siècle. Armand du Chatellier en est une figure incontournable. Véritable pionnier, il est à l’origine de la création de plusieurs supports de presse. Le Mag + vous raconte son histoire.

En 1832, Armand Maufras du Chatellier, inspecteur des prisons et des établissements de bienfaisance du Finistère, fonde la société d’Emulation de Quimper qui propose des cours gratuits aux ouvriers.

Les Annales Bretonnes

La même année, il crée Les Annales Bretonnes « journal des intérêts positifs et des faits historiques » pour « répandre l’instruction dans les classes inférieures, l’ordre, le savoir et la probité dans les classes aisées ». Arrivé depuis peu à Quimper, du Chatellier ne parvient pas à agréger autour de son projet de nouveaux contributeurs. Sans appui, du Chatellier doit renoncer. La publication doit être arrêtée après seulement six numéros. Non sans amertume, il écrit dans le dernier numéro des Annales : « « Pour un journal entièrement consacré à des études historiques il ne s’est pas trouvé, dans un chef-lieu de 12.0000 âmes de population, un individu qui ait répondu à notre appel et nous ait apporté un seul article… ».

Le journal Le Quimpérois

Voir l'image en grandL’échec des Annales ne décourage cependant pas du Chatellier. Le Finistère compte en 1838 plusieurs autres journaux : Brest comme Morlaix peuvent s’enorgueillir de plusieurs titres imprimés dans leur ville. Mais le chef-lieu du département apparait jusqu’alors comme le parent pauvre d’un journalisme nationalement en plein essor. Quimper compte pourtant, parmi une population voisine de 10 000 habitants, une classe bourgeoise et commerçante importante, des propriétaires rentiers, des médecins, notaires, avocats, avoués, un grand nombre de clercs et de religieuses, sans oublier les nombreux fonctionnaires appartenant aux administrations civiles et militaires implantées dans la ville. Le 25 avril 1838, un prospectus avise le public de la création d’un premier journal hebdomadaire imprimé sous le titre distinctif du « Quimpérois ». Le titre comprend habituellement quatre pages. Deux ans après sa création, le succès est timide. Diffusé à moins de 400 exemplaires et par abonnement, le journal se veut le nouvel organe d’information pour les Finistériens. Financé par les annonces légales et par les abonnés, l’hebdomadaire offre de nombreux feuilletons littéraires et des informations d’intérêt local et départemental ainsi qu’une page entière d’annonces légales. Les nouvelles nationales et étrangères sont peu abordées, comme les questions politiques, sauf sous le regard de l’Histoire, par crainte de la censure gouvernementale.

Armand Maufras du Chatellier

Issu d’une famille normande, Armand,du Chatellier naît en 1797, place Saint-Corentin. Les questions sociales, ouvrières et paysannes, la culture, les arts au sens large, l’histoire, l’archéologie, la peinture, la littérature, la poésie, les études statistiques et économiques, les sciences politiques, rien n’est étranger au jeune et brillant érudit. Professant des idées libérales sous un gouvernement conservateur, il fréquente à Paris le salon du député breton libéral , Auguste de Keratry et rencontre Victor Hugo, Thiers et Guizot. En 1830, il participe aux troubles révolutionnaires de la capitale avant de revenir en Bretagne. En 1836, il publie sa monumentale Histoire de la Révolution en Bretagne. Une rue de Quimper porte son nom.