Dans l’intimité des impressionnistes

Accueil Toutes les actualités Culture, sports, loisirs

Dans l’intimité des impressionnistes

Dans l’intimité des impressionnistes René-Xavier Prinet (1861-1946) - La plage de Cabourg, vers 1910 - Huile sur toile, 84 x 100 cm - Collection particulière © Michael BundyCollection particulière © Michael Bundy
Le 05/07/2019 • Mis à jour le 12/07/2019 | 10h11

Quimper est la première ville en France à mettre en valeur ceux qu’on a appelés les derniers représentants de l’impressionnisme. Pour cela, deux lieux publics se sont associés, le musée breton et le musée des beaux-arts, avec une offre exceptionnelle : un seul billet pour les deux entrées.

De 1895 à 1939, les artistes de la Société nouvelle de peintres et sculpteurs, désignés comme les « derniers impressionnistes », font l’unanimité et figurent dans toutes les grandes expositions internationales. Ils ont le goût de l’intimité, des scènes familiales et l’amour de la nature, en laissant deviner ce qu’ils ont de profond, de mystérieux.

Au musée breton, on découvre ceux attirés par la Bretagne et la mer (Charles Cottet, André Dauchez, Lucien Simon, René-Xavier Prinet, René Ménard).

Au musée des beaux-arts, sous le patronage de Rodin, les peintres intimistes, issus de la génération

symboliste, respectent la véracité des apparences et ont le souci de l’évocation, de la psychologie et de l’introspection. On y voit de grandes pages du paysage urbain et champêtre ainsi qu’un ensemble de portraits virtuoses.

Informations pratiques