Toutes les actualités

Ludovic Jolivet élu président de l’agglo : « être plus forts ensemble »

Ludovic Jolivet élu président de l’agglo : « être plus forts ensemble » Ludovic Jolivet a été élu président de Quimper Bretagne Occidentale le jeudi 5 janvier 2017.
Le 05/01/2017 • Mis à jour le 13/01/2017 | 16h39

Ludovic Jolivet, maire de Quimper, a été élu président de Quimper Bretagne Occidentale, lors du premier conseil de la nouvelle communauté d’agglomération réuni le jeudi 5 janvier 2017 à l'Hôtel de Ville et d'Agglomération de Quimper (lire son intervention ci-après).

Ludovic Jolivet préside une assemblée de 52 élus issus des 14 communes qui composent le nouveau territoire : Briec, Edern, Ergué-Gabéric, Guengat, Landrévarzec, Langolen, Landudal, Locronan, Plogonnec, Plomelin, Plonéis, Pluguffan, Quéménéven, Quimper.

Installation du conseil de Quimper Bretagne Occidentale

Les vice-présidents

Douze vice-présidents ont été aussi élus :

  • 1er vice-président, Jean-Hubert Pétillon (maire de Briec), chargé des finances,
  • 2ème vice-président, Hervé Herry (maire d’Ergué-Gabéric), chargé de l’économie,
  • 3ème vice-président, Alain Decourchelle (maire de Pluguffan), chargé de l’eau et de l’assainissement,
  • 4ème vice-présidente, Martine Morvan (adjointe au maire de Plogonnec), chargée du projet communautaire et de la coordination des communes,
  • 5ème vice-présidente, Isabelle Le Bal (adjointe au maire de Quimper), chargée des ressources humaines, de l’administration générale et de l’enseignement supérieur,
  • 6ème vice-président, Jean-Paul Cozien (maire d’Edern), chargé de l’énergie, du développement durable et de la gestion patrimoniale des équipements communautaires,
  • 7ème vice-présidente, Claire Levry-Gérard (conseillère municipale de Quimper), chargée de la recherche, de l’innovation et du tourisme,
  • 8ème vice-président, Yannick Nicolas (adjoint au maire de Plomelin), chargé de l’action sociale,
  • 9ème vice-président, André Guénégan (adjoint au maire de Quimper), chargé des transports,
  • 10ème vice-président, Didier Lennon (adjoint au maire de Quimper), chargé de l’habitat, du logement, du foncier et de l’accueil des gens du voyage,
  • 11ème vice-président, Pierre-André Le Jeune (adjoint au maire d’Ergué-Gabéric), chargé de la collecte et de la valorisation des déchets,
  • 12ème vice-président, Christian Corroller (maire de Plonéis), chargé de la jeunesse et de l’insertion.

Les membres du bureau communautaire

Les 19 membres du bureau communautaire ont été également désignés. En plus du président et des vice-présidents, y siègent les six membres suivants :

  • Hervé Trellu (maire de Landrévarzec), délégué au suivi des travaux sur les réseaux d’eau et d’assainissement,
  • Jean-Yves Stanquic (adjoint au maire de Guengat), délégué aux piscines et à Atout Sport,
  • Raymond Messager (maire de Landudal), délégué au réseau de lecture publique,
  • Alain Le Quellec (maire de Quéménéven),
  • Jean-René Cornic (maire de Langolen),
  • Jacqueline Le Gac (ajointe au maire de Locronan).

L’intervention de Ludovic Jolivet

« Lorsque nous avons entamé notre mandat en Avril 2014, nous n’imaginions pas que la loi NotRe, promulguée en Août 2015 allait perturber de la sorte notre engagement municipal et communautaire...

J’ai eu l’occasion de dire souvent, ce mandat est inédit, incertain est instable. Je crois que jamais nos institutions n'auront autant été bousculées à la fois par la diminution des dotations, les transferts de compétence, les modifications de périmètre de nos territoires…et pourtant nous assumons.

Nous avons été bousculés…cela a été brutal,…mais nous voilà aujourd’hui à l’installation de Quimper Bretagne Occidentale...

Et dans un esprit de responsabilité, nous assumons, nous nous engageons. C’est cela aussi la République, la solidité de nos institutions.

Un an pour nous unir, c’était la feuille de route fixée par l’Etat.

Mission impossible de prime abord, et pourtant nous y sommes parvenus, sans heurts, sans querelles inutiles, sans anicroches.... Tranquillement, sereinement, à notre rythme, qui, si l’on en croit le résultat, était le bon.

Nous l’avons fait bien sûr parce que la loi l’imposait.

Mais aussi parce que la raison y incitait.

Parce qu’être plus forts ensemble, c’est un très bon chemin lorsque l’on est en charge de l’avenir de territoires excentrés à l’échelle nationale et européenne, où la solidarité, la bonne entente entre territoires voisins, l’envie de grandir ensemble, ce n’est plus du luxe, cela devient tout simplement déterminant.

L’intelligence collective de chacun, le dialogue permanent entre nous, une concertation approfondie ont permis cette réussite dont nous pouvons tous être fiers.

En ce jour, nous ne sommes plus qu’un !

Nous sommes devenus un être singulier tout en demeurant pluriels.

Car nous sommes forts de 14 communes dont l’identité sera toujours respectée.

Riche de plus de 100 000 habitants qui sont tous à leur place, à leur niveau, à leur façon, la richesse de notre nouveau territoire.

Et puis regardons la carte !

Nous sommes un territoire pivot, le fléau de la balance entre la métropole brestoise et l’agglomération lorientaise.

Nous sommes au cœur de la Cornouaille et, comme notre nom l’indique, nous représentons un atout majeur pour l’ensemble de la pointe de Bretagne, de l’ouest Breton, pas uniquement replié sur la Cornouaille, mais ouvert sur la Bretagne. Le rôle de Quimper n’est pas uniquement de fédérer la Cornouaille, mais de jouer un rôle majeur en Bretagne.

Nous sommes à la fois un point de passage obligé sur la « route du Sud », et un acteur clef du rééquilibrage Est-Ouest de la Région Bretagne, en lien étroit avec nos partenaires brestois. (peser face à l’Est et aux métropoles).

En deux mots voisins, nous sommes identifiables, identifiés et repérés...

Vous qui êtes ce soir à la table du conseil, permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter le meilleur pour cette nouvelle année.

Que vous, vos familles, vos amis se portent bien et s’épanouissent dans toutes les dimensions de leur existence.

On dit rarement merci aux élus pour leur engagement.

Notre époque fait parfois l’impasse sur la courtoisie et la reconnaissance.

C’est pourquoi je tiens à exprimer à chacune et chacun d’entre vous, chers collègues, toute l’estime et le respect que j’éprouve pour votre engagement personnel.

Ce soir, il n’y a pas de nouveaux et d’anciens à cette table.

Je vais être très clair, voire insistant là-dessus.

Il n’y a pas d’un côté celles et ceux qui siègent en ces lieux depuis plus ou moins longtemps ; et de l’autre, celles et ceux qui découvrent ces lieux.

Il y a une équipe ! Unique ! Indissociable !

Elle est née de l’union de nos territoires.

Nous sommes tous égaux.

C’est notre maison commune.

Dans cette salle du conseil que nous partageons désormais, il n’existe aucune notion de prédominance ou d’antériorité.

Je rappelle qui si nous avons été désigné par nos communes respectives, nous ne siégeons pas ici pour représenter notre commune, mais que nous sommes les élus d’un territoire... (voir le territoire du dessus et non de sa commune).

Quimper Bretagne Occidentale est la bannière sous laquelle nous avons tous choisi de nous ranger.

Quimper Bretagne Occidentale est le principal moteur de la Cornouaille.

Ma conviction est qu’elle nous donnera des forces neuves et nous permettra de réaliser un développement plus harmonieux, plus cohérent et plus juste de notre bassin de vie.

Le rôle d’une communauté d’agglomération est aussi de réduire les inégalités de traitement entre les citoyens du territoire. Nos concitoyens nous attendent sur ces sujets.

La démarche qui nous unit vient de loin et se voit de loin.

Un territoire n’est jamais abouti, fini, achevé, parfait.

Avant l’éclosion du Grand Quimper, la ville-préfecture était une petite collectivité à l’étroit dans ses habits étriqués, engoncée, incapable de mouvement.

Et puis elle a su s’affranchir de ses limites – 192 hectares – pour devenir une ville aussi vaste que Paris avec 8400 hectares.

Qui s’en plaint aujourd’hui au centre-ville, à Ergué-Armel, à Kerfeunteun ou à Penhars ? Personne...

Et puis il y a la co-construction progressive de Quimper Communauté et du Pays Glazik dont vous connaissez tous l’histoire.

Maintenant, nous venons ensemble de franchir un nouveau palier.

Qu’est-ce qui nous guide ? Le fait qu’un jour prochain, il n’y ait plus de différence entre la réalité de notre bassin de vie et celle de nos politiques territoriales ou de notre administration territoriale.

Ce qui revient à dire que nous ne serons plus dépendants alors de découpages administratifs sans lien avec la vraie vie.

A quoi fais-je allusion ?

Au Pays Fouesnantais, bien sûr.

Il existe entre nous un lien puissant : l’Odet. La vallée de l’Odet, Le bassin versant. Nous sommes complémentaires, nous avons tout pour nous entendre.

Notre rapprochement est grandement souhaitable. Il n’engendrera aucun lien hiérarchique, aucune perte d’autorité pour les élus du Pays Fouesnantais. Nous sommes égaux. Nos territoires sont faits pour être ensemble. Il suffit, là encore, de regarder une carte.

Et puis il y a les lignes de crêtes. Les communes qui peuvent ou pourraient « basculer » vers chez nous ou rester chez elles. Il ne s’agit pas d’un mercato de football. C’est beaucoup plus important et infiniment plus rationnel.

Ces communes qui sont sur la ligne de crête peuvent choisir de nous rejoindre, notamment celles qu’elles se trouvent à l’est.

Nous sommes accueillants, nous ne nous refusons personne. Ces communes en ont conscience : Rosporden, Saint-Yvi, Tourc’h, Elliant, Coray... Parlons-en ! Prenons le temps d’en discuter en toute sérénité. Comme nous venons de le faire avec le Pays Glazik et la commune de Quéménéven.

Les communes qui souhaiteront échanger avec nous savent qu’elles auront tout leur temps et que rien ne sera précipité, ni forcé.

Ces communes savent qu’elles peuvent y trouver leur intérêt : nous sommes le territoire pivot entre Brest et Lorient, sur la route du Sud.

Nous sommes le territoire pivot entre milieu urbain et ruralité.

Nous sommes le territoire pivot entre agriculture/agro-alimentaire et pêche.

Nous sommes le territoire pivot entre administration et privé : nous accueillons à la fois la quintessence des services de l’Etat et de magnifiques entreprises emblématiques, de toutes tailles et de tous secteurs d’activités.

Nous sommes aujourd’hui 100 000.

Avec 52 élus dans cette salle qui les représentent !

Nous vivons en harmonie et en intelligence avec nos voisins… Quimper Cornouaille Développement joue ce rôle de coordination et de stratégie de territoire.

Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas dans la même agglomération avec le Pays Fouesnantais que nous n’échangeons pas… au contraire…

Donc, à la fois nous avons intérêt à nous rapprocher, « administrativement parlant », mais cela ne nous empêche pas d’être cohérent et développer nos communautés simultanément… mais nous n’attendrons pas que les contours du territoire « logique », « parfait » soient finalisés pour entreprendre et passer en ce qui nous concerne à la vitesse supérieure…

Quimper Bretagne Occidentale a une richesse que bon nombre nous envient. Nous sommes désormais 100 000. Le poids démographique est important dans le concert des villes Bretonnes pour peser face aux choix…mais si nous devons faire des projections de population, avec les nouveaux territoires, demain, nous pourrions être 140 000. ( trouver un équilibre de densité de territoire).

L’accessibilité du territoire est un enjeu: Le TGV (gain de 40 mn en Juillet), l’avion (nous gérons l’aéroport depuis le 1er Janvier avec la CCI Départementale), le digital, le très Haut débit doit irriguer au plus vite toute l’agglomération.

L’université, la formation, nous avons d’excellentes relations avec l’UBO. À terme les étudiants devraient pouvoir suivre un cursus complet à Quimper.

Au niveau de la santé, le CHIC Laennec a des outils de pointe : la Tomographie, la médecine nucléaire, le laboratoire. Ces 3 équipements que nous avons inaugurés en 2016 sont des services qui positionnent l’hôpital dans la course, avec l’objectif d’apporter au plus proche les meilleurs soins… la tomographie par exemple, ouverte depuis le mois d’octobre ne se pratique que dans 8 villes en France…et Quimper en est dotée…

Ce qui est marquant au niveau économique, c’est sa diversité.

PMI, PME, entreprises à forte notoriété nationale et internationale, dans le domaine de l’énergie, je pense à Bolloré, mais aussi du tertiaire, je pense au groupe Verlingue, le XXI siècle sera celui qui devra protéger…nos être chers…et bien sur l’agroalimentaire, j’y reviendrai.

Vous pouvez le constater, notre agglomération a tous les services , tous les attributs que nous sommes en droit d’attendre, nous pouvons nous en réjouir.

Mais au-delà, nous avons des marqueurs spécifiques, qui nous distinguent des autres… Permettez-moi, à nouveau de les évoquer…

Parce que nos atouts, nos marqueurs, sont les bases de notre développement, de notre stratégie de territoire :

  • 1er marqueur : L’agriculture, l’agroalimentaire : non seulement notre territoire a vocation à contribuer à nourrir les hommes, mais doit inventer les aliments de demain.

C’est un positionnement, un choix assumé. Nous n’avons pas une minute à rougir de notre agriculture et de notre capacité à inventer et innover dans l’agroalimentaire.

Le cluster Ialis, fédérateur des acteurs de l’industrie agroalimentaire, la technopole, Adria, le Lubem, Ifria, Carso et peut-être demain le CEA tech sont des outils de pointe qui consolident ce positionnement.

  • 2e marqueur : l’imprégnation culturelle. A la fois la culture au sens noble du terme : les créateurs, les artistes, les écrivains, la culture qui émancipe, qui fait grandir, et le patrimoine culturel et presque naturel que constituent Quimper et la Cornouaille. L’ensemble est un joyau.
  • 3e marqueur : le tourisme. Nous sommes aussi une terre de destination, de vacance de charme grâce au patrimoine, à la mer et cette imprégnation culturelle forte. Un atout.

C’est sur ces bases que nous œuvrons…, c’est sur ces bases que nous nous appuyons depuis le début du mandat, ce sont des marqueurs, des repères forts, notre cap.

Ils s’inscrivent, c’est logique, dans le cadre du projet « Cornouaille 2030 », qui positionne notre territoire, la Cornouaille, vers l’avenir. C’est Quimper et la Cornouaille, et Quimper est la Cornouaille.

Enfin chers collègues, pour clore mon propos, nous entamerons au printemps et jusqu’à Noël, le projet communautaire : 2 objectifs. Faire amplement connaissance, apprendre à travailler ensemble et façonner notre territoire.

Nous devrons définir les équipements dont nous avons besoin à la fois pour nos concitoyens, mais aussi pour rester attractifs de l’extérieur.

Nous devrons aussi réfléchir aux nouvelles politiques publiques, à celles que nous transférerons progressivement de la commune vers l’agglomération.

Mais il ne faut pas de confusion dans les politiques publiques, dans les échelons.

L’enfance fait débat. Soit. Débattons. Mais si la petite enfance est communautaire, la jeunesse communautaire, pourquoi l’enfance ne serait pas communautaire. À la fin on ne sait plus qui fait quoi, qui est responsable de quoi.

Nous devrons déterminer ce qui doit rester à l’échelon de la commune, et ce qui nécessite d’être étendu…

Je sais que les maires veulent garder des prérogatives, mais notre travail est de desserrer les verrous, lever les freins, rassurer, ce sera notre rôle de notre première année de mi-mandat.

Il n’empêche que nous mettrons autant de temps à fusionner nos deux communautés qu’à faire notre projet. Si nous avions du faire les deux simultanément, cela aurait été plus ardu…

Je vous souhaite une nouvelle fois à toutes et à tous, chers collègues, une belle année 2017.

Notre territoire commun a grandi.

Nos responsabilités en sont de ce fait renforcées. C’est une chance historique qui nous est offerte de donner chair et sens à notre nouveau bassin de vie.

Je suis certain que nous saurons nous montrer à la hauteur de la tâche.

Bonne route à Kemper Breiz Izel ! »

Quimper Bretagne Occidentale en marche !

Jeudi 5 janvier 2017, les 52 élus formant le conseil communautaire de Quimper Bretagne Occidentale se sont réunis et ont désigné le président (Ludovic Jolivet), les 12 vice-présidents, les membres du bureau et ceux des commissions. La nouvelle agglo est en marche !

Quimper Bretagne Occidentale, communauté d'agglomération de Quimper
Contact

Hôtel de ville et d'agglomération de Quimper
44, place Saint-Corentin - CS 26004 - 29107 Quimper cedex
02 98 98 89 89 - contact@quimper.bzh

Horaires

Ouverture de l'accueil
En semaine : 8h30 - 18h
Samedi matin : 9h - 12h